Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 16:12

 

 

 

azur, tapis de routes, partout. le monde se croise au-dessus de ma tête.  traînées blanches des avions. ils fusillent mon espace au bazooka, tous azimuts. grand filet de voyages explosés, mes cheveux en pétards. je suis l'ardoise bleue des passeports éphémères. quand ils écrivent un a je crois qu'ils pensent à moi  et je ferme les yeux en murmurant bonjour en toutes les langues que je sais. moi couchée dans l'herbe,  la mappemonde des trafics en l'air tourne tourne et m'enivre. le hasard des fuseaux ligne mon temps je lévite avec un rêve télé-porté. je marche encore sur les oiseaux  mais il fait chaud  si chaud...je crains que leurs aiguilles ne percent bientôt mes baudruches et qu'il me faille redescendre en piqué, moteur coupé, cylindres serrés..

 

VVVV.vraaaaaaaouuuuuummmmmuzuuuuuuuuuuuuuuuuuuuBRRRRRPRRR!

Partager cet article

Published by annaj
commenter cet article

commentaires

Zig Zag Zoug

  • : Le blog de annaj
  • Le blog de annaj
  • : poematique expiraTOIre les textes de ce blog appartiennent à son auteure et ne sont donc pas libres de droit.
  • Contact

Profil

  • annaj
  • 56 ans entre polars et poésie agenda poétique jeté sur l'aube

brèves du jour

tirer la couverture  c'est  faire de soi un cas nappé/ 11 déc.

 

pourquoi la crème des hommes, compte-t-elle si souvent pour beurre/ 3 déc

 

aucune peau ne se retourne pour des jours moins élimés/ 2 déc-

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rechercher

passé futur

 

AnnaJouy

poésie

Ciseaux à puits / Polder137

Au crible de la folie / Editions Atlantique

 Ces missiles d'allégresse / Editions Atlantique

La mort est plus futée qu'une souris / en duo avec Alain Simon/ Ed. le pas de la Colombe

 

textes de chansons

Polars

La morte du lac de Pérolles

les Fribourgeois meurent-ils...

le Grand Codourey

Téléphones et sonnettes

 

en attente d'édition:

plusieurs recueils  de poèmes

nouvelles

Qui fait quoi au portique de la solitude

enfin te voilà que l'on se quitte

roman

strasbourg verticale