Mercredi 16 mai 2012 3 16 /05 /Mai /2012 07:16

 

c'est donc bien à la poésie que j'ai tant mal.  l'intime sans mots, qu'un simple sac embrouillé de vague et d'impossible essaie de rassembler pour lui faire une émergence, une réalité.

 

 

temps de ravages, des sacs de brûlures.

la poésie s'écoule comme la sève perdue des arbres morts.

Par annaj - Publié dans : journal blanc
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires - Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil

Commentaires

Images Aléatoires

  • travail

zig zag zoug

brèves du jour

tirer la couverture  c'est  faire de soi un cas nappé/ 11 déc.

 

pourquoi la crème des hommes, compte-t-elle si souvent pour beurre/ 3 déc

 

aucune peau ne se retourne pour des jours moins élimés/ 2 déc-

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager

Profil

  • annaj
  • Femme
  • 56 ans entre polars et poésie agenda poétique jeté sur l'aube
  • Le blog de annaj
  • 20/04/1956

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

passé futur

 

AnnaJouy

poésie

Ciseaux à puits / Polder137

Au crible de la folie / Editions Atlantique

 Ces missiles d'allégresse / Editions Atlantique

La mort est plus futée qu'une souris / en duo avec Alain Simon/ Ed. le pas de la Colombe

 

textes de chansons

Polars

La morte du lac de Pérolles

les Fribourgeois meurent-ils...

le Grand Codourey

Téléphones et sonnettes

 

en attente d'édition:

plusieurs recueils  de poèmes

nouvelles

Qui fait quoi au portique de la solitude

enfin te voilà que l'on se quitte

roman

strasbourg verticale

Rechercher

 
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés