Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 11:06

 

le chant des autres

 

 

 

                la nuit vous change la vue

 

 

yeux troués il en faut des lucioles pour activer les rêves

vous bourdonnez des intérieurs

des places rouges et des oranges astronomes

 

toujours sous les paupières pauvres

 

quelque chose de neuf comme un monde à découvert

 

tu tires volontiers dans l'état d'assoupissement

des fusées

des artifices  à me péter le ventre et les matières

 

                la nuit vous change la vie

 

vous feriez bien d'y croire

il y a des bouches à air et des pédoncules de couleurs

 

sous les paupières pauvres  et les restrictions  spéculaires

 

s'ouvrent sans cesse jusqu'à l'absorption finale les coraux  de rivière

leurs goûts buvards

leurs succions sous-marines

 

              la nuit vous change la mer

 

et puis la mort aussi.

Partager cet article

Published by annaj
commenter cet article

commentaires

Zig Zag Zoug

  • : Le blog de annaj
  • Le blog de annaj
  • : poematique expiraTOIre les textes de ce blog appartiennent à son auteure et ne sont donc pas libres de droit.
  • Contact

Profil

  • annaj
  • 56 ans entre polars et poésie agenda poétique jeté sur l'aube

brèves du jour

tirer la couverture  c'est  faire de soi un cas nappé/ 11 déc.

 

pourquoi la crème des hommes, compte-t-elle si souvent pour beurre/ 3 déc

 

aucune peau ne se retourne pour des jours moins élimés/ 2 déc-

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rechercher

passé futur

 

AnnaJouy

poésie

Ciseaux à puits / Polder137

Au crible de la folie / Editions Atlantique

 Ces missiles d'allégresse / Editions Atlantique

La mort est plus futée qu'une souris / en duo avec Alain Simon/ Ed. le pas de la Colombe

 

textes de chansons

Polars

La morte du lac de Pérolles

les Fribourgeois meurent-ils...

le Grand Codourey

Téléphones et sonnettes

 

en attente d'édition:

plusieurs recueils  de poèmes

nouvelles

Qui fait quoi au portique de la solitude

enfin te voilà que l'on se quitte

roman

strasbourg verticale