27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 20:49

 

 

 

 

 

 

 

petit café. jambes très serrées. les gens tout autour. ça parle de tout de rien de rien du tout.

mais le bruit. le bruit sans fin du vide. quelqu'un écoute -t-il? café et ce froid entre peau et laine, ce truc qui court entre des couches et me rétrécit, feutre d'impuissance. je ne me réchauffe pas. je me retrousse. l'esprit rentre sous les doublures. je retourne au ventre essentiel.

et soudain, qui tombe avec le lait dans le noir,  cette sensation palpable du mal de vivre. un flou partout dedans dehors mais là, à ce moment précis, le clair tranchant savoir  de n'être  non seulement pas à ma place mais de ne l' avoir jamais été.... ai-je vraiment fui mon état de faussaire, la duperie évidente, si convaincue d'aller vers le vrai? l'ai-je un jour fait? et réussi...?

je me retrouve là, en cet instant de tea-room, avec cette identique sensation  bancale, l'inconfort de tenir le pied en l'air, l'entre ballant des  apatrides.  je mets le doigt sur ce sentiment coupable qui fait que toujours vous poursuivent les devoirs pas faits, les lâchetés, les inconstances notoires, cette difficulté d'attache, la fuite à nouveau , toujours.. je reconnais ma douleur, plus virulente encore comme s'il importait maintenant de me rendre , -oh mais quelle urgence  en effet-, à ma  place, à cet endroit  qui ferait que la vie était donnée pour cela... défaire le puzzle aux pièces débridées rendre mes tickets de transport, céder enfin à la vie.

mais cette conscience n'annihile nullement l'ostracisme qui me régit...  en moi plus épaisse encore maintenant cette évidence, au goût d'arabica, que je ne toucherai jamais mes racines. est-ce pour cela la poésie...

Partager cet article

commentaires

loran 29/01/2012


Je bois ce texte comme un doux breuvage chaud. Comme j'aimerais t'entendre me le dire, en terrasse, à mi-voix... J'aimerais si tu veux bien le publier chez moi avec le lien vers ici... Qu'en dis
tu ? Je t'embrasse fort....

Pascale 31/01/2012


Ainsi je retrouve ce texte suivant les lignes de Loran...


C'est un texte magnifique, entre l'envie d'échappatoire et inclusion...


Mais l'odeur de cigarette... 

Zig Zag Zoug

  • : Le blog de annaj
  • Le blog de annaj
  • : poematique expiraTOIre les textes de ce blog appartiennent à son auteure et ne sont donc pas libres de droit.
  • Contact

Profil

  • annaj
  • 56 ans entre polars et poésie agenda poétique jeté sur l'aube

brèves du jour

tirer la couverture  c'est  faire de soi un cas nappé/ 11 déc.

 

pourquoi la crème des hommes, compte-t-elle si souvent pour beurre/ 3 déc

 

aucune peau ne se retourne pour des jours moins élimés/ 2 déc-

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rechercher

passé futur

 

AnnaJouy

poésie

Ciseaux à puits / Polder137

Au crible de la folie / Editions Atlantique

 Ces missiles d'allégresse / Editions Atlantique

La mort est plus futée qu'une souris / en duo avec Alain Simon/ Ed. le pas de la Colombe

 

textes de chansons

Polars

La morte du lac de Pérolles

les Fribourgeois meurent-ils...

le Grand Codourey

Téléphones et sonnettes

 

en attente d'édition:

plusieurs recueils  de poèmes

nouvelles

Qui fait quoi au portique de la solitude

enfin te voilà que l'on se quitte

roman

strasbourg verticale

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog